Écrire son site web – Les 12 ingrédients à ne pas oublier

Contenu

Écrire son site web est une des étapes les plus difficiles dans la création d’un site. Pour l’avoir vu de mes propres yeux, c’est la partie qui peut retarder de plusieurs mois la mise en ligne d’un site.

Pourquoi ? Parce que c’est l’exercice où vous serez le plus lâché dans la nature.

Pour prendre en main WordPress, vous trouverez des dizaines de tutoriels vidéos. Pour créer un design sur votre site, vous trouverez des milliers de thèmes à réutiliser. Pour développer votre référencement, vous trouverez un tas de plugins et outils qui feront une grande partie du job.

Mais pour écrire le contenu de votre site ?

Personne ne vous donnera un texte à trou parfaitement adapté à votre activité. Personne ne pourra connaître mieux que vous votre activité et donc en parler à votre place.

Dans cet article vous ne trouverez pas un modèle prêt à l’emploi, mais plutôt 12 ingrédients qui permettront de réussir l’écriture de votre site.

Parmi ces 12 ingrédients, vous trouverez 7 questions que vos visiteurs se poseront une fois arrivé sur votre site et dont vous devrez évidemment apporter une réponse.

Je vous donnerai à la fois des explications, des modèles et des exemples pour que vous puissiez correctement structurer vos réponses.

Le bon état d’esprit

Avoir la bonne structure, c’est bien, mais sans avoir le bon état d’esprit vous passerez beaucoup de temps à pédaler dans le vide.

L’attention

La première chose que vous devez comprendre c’est à quel point l’attention est devenue une ressource rare de nos jours.

Internet est un monde extrêmement bruyant. Peu importe l’utilisation que vous en faites, vous serez constamment bombardé de publicités, de notifications, de personnes ou entreprises qui n’attendent qu’à capter votre attention et la garder le plus longtemps possible.

La plupart des gens ne s’en rendent pas forcément compte, mais votre attention vaut de l’or et beaucoup d’entreprises sont prêtes à payer très cher pour l’avoir (d’où le développement des «influenceurs»).

«L’effet du projecteur» est un biais psychologique qui consiste à surestimer l’attention que les autres nous portent. C’est un biais qui existait bien avant l’arrivée d’internet, mais qui depuis quelques années touche de plus en plus de monde.

Sur les réseaux sociaux par exemple, ce biais psychologique touche à la fois des personnes qui ont peur de publier parce qu’ils pensent que tout le monde les attend au tournant, mais aussi des pseudo «influenceurs» qui pensent qu’internet s’arrête à chaque fois qu’ils prennent la parole.

Pour votre site internet, c’est la même chose.

Ne pensez pas que tout le monde vous attend et que vos futurs visiteurs resteront scotchés de longues minutes à votre site web.

8 secondes.

D’après certaines études c’est le temps d’attention moyen qu’un visiteur vous accordera une fois arrivé sur votre site internet. Si passé ces 8 secondes vous n’avez pas réussi à titiller son attention, vous la perdrez et votre visiteur quittera votre site en une fraction de seconde.

Si au contraire vous arrivez à capter son attention, il vous accordera quelque secondes supplémentaires à votre crédit et, palier après palier, vous devrez de nouveau prouver qu’il a bien fait de vous accorder cette attention.

L’imperfection

La seconde chose qu’il faut que vous gardiez à l’esprit c’est que la création d’un site internet n’a jamais de fin. Votre site est un outil qui va devoir évoluer au fur et à mesure que votre activité se développe.

N’oubliez pas que le web est un média vivant. En quelque seconde vous pouvez créer et effacer ce que vous avez fait sans que personne ne s’en rende compte. Tirez partit du fait que l’attention sur internet soit très faible pour accepter pleinement l’imperfection.

Quoi que vous fassiez, sortir quelque chose d’imparfait dans peu de temps vous apportera toujours plus de clients que de ne rien sortir du tout.

Donc ne mettez pas du sang et des larmes dans l’écriture de votre site web. Commencez ce processus d’écriture en vous disant que dans 3 à 6 mois vous allez modifier vos textes et que peut-être vous allez enlever les 3/4 de ce que vous avez écrit.

Plus vous passerez du temps à écrire vos textes, plus aurez du mal à les modifier plus tard.

Détachez-vous-en et gardez en tête que ce n’est qu’en acceptant de produire des choses imparfaites que vous aurez une chance de vous rapprocher de quelque chose de «parfait».

Connaître parfaitement son audience

Comment peut-on avoir une bonne communication si on ne sait pas à qui on parle ?

Connaître parfaitement votre audience est tout simplement LA base si vous voulez réussir le contenu de votre site internet. Si vous ne prenez pas en compte les personnes à qui vous voulez parler, ce n’est pas de la communication, c’est un monologue.

Beaucoup de personnes démarrent la phase d’écriture par «Qu’est-ce que je peux dire ?», ce qui est déjà un mauvais départ.

Votre site web n’est pas un CV et au risque de vous décevoir, vos futurs visiteurs ne s’intéressent pas à vous ni à votre activité, ils s’intéressent d’abord à eux-mêmes.

La question à se poser ce n’est donc pas ce que vous devez ou voulez dire, mais plutôt ce que votre audience veut entendre.

Ici on va utiliser un outil très connu en marketing qu’on appelle le «persona».

L’exercice consiste à se poser une série de questions pour créer une représentation fictive d’un client type. Avant de commencer à répondre aux questions, deux conseils pour ne pas passer à côté du réel objectif de cet exercice.

L’empathie

Créez un persona pour lequel vous avez une réelle empathie.

Il n’y a rien de plus puissant qu’une profonde envie d’aider un type de personne bien spécifique. Si vous choisissez un persona pour lequel vous n’avez pas spécialement d’empathie, vos réponses seront superficielles et resteront en surface.

Si vous n’arrivez pas à imaginer un client idéal, prenez un client que vous avez déjà eu et avec qui vous avez aimé travailler.

Le positionnement

«Je ne connais pas la clé du succès, mais la clé de l’échec c’est d’essayer de plaire à tout le monde» Bill Cosby.

La question du positionnement mériterait un article à part entière, mais gardez en tête que plus vous essayerez d’avoir une audience large, plus vous aurez du mal à capter l’attention.

Les gens veulent sentir que vous leur parler à eux, pas que vous essayez de parler à une masse.

Créer un persona

Pour créer votre persona, voici quelques questions à vous poser :

persona modele
  1. Nom : Quel est son prénom ? Ce qui permettra de déterminer son genre
  2. Âge : Quel âge il ou elle a ? Un âge précis ou une fourchette
  3. Profession : Quel travail il ou elle fait ? Profession ou secteur
  4. Problèmes : Quels sont les problèmes qu’il ou elle n’arrive pas à résoudre ? À chacune de vos réponses, posez-vous la question «Pourquoi ?» autant de fois que vous pouvez pour aller chercher le coeur du problème
  5. Motivations : Comment il ou elle aimerait que sa vie devienne après avoir résolu ces problèmes ? Allez chercher ses motivations les plus profondes, celles qu’il ne dira pas forcément ouvertement
  6. Freins : Quelles sont les raisons qui font qu’il ou elle n’a pas encore résolu ses problèmes ? Des freins, contraintes, blocages, etc.

Au final, peu importe que votre communication soit imparfaite, si vous prenez la peine de comprendre votre audience et d’essayer de lui parler directement, vous aurez fait mieux que 90% de vos concurrents.

Observer la concurrence

Observer ce qui a déjà été fait est une étape primordiale dans n’importe quel processus de création.

Si vous ne le faites pas, vous prenez deux risques :

  • Perdre beaucoup de temps à réinventer la roue – Vous n’allez rien inventer de révolutionnaire. Beaucoup de vos concurrents se sont déjà creusé la tête pour écrire des choses que vous allez plus ou moins répéter. Regarder ce qui a déjà été fait permet non seulement d’économiser du temps, mais aussi de s’inspirer de choses positives ou au contraire de ne pas reproduire des choses négatives.
  • Ne pas réellement vous différencier de vos concurrents – Une communication réussie est une communication différenciante. Si vous ne savez ce qu’on fait vos concurrents, comment vous pouvez vous différencier ?

Pour observer la concurrence, ouvrez Google et cherchez les sites de vos concurrents :

  • [votre activité] + [votre ville] – Exemple : Coach sportif Marseille
  • [un service] + [votre ville] – Exemple : Perte de poids Marseille

Dans le cas où vous n’avez pas beaucoup de concurrents dans votre ville, essayez une grande ville aux alentours.

Ne vous arrêtez pas seulement à la première page Google et n’oubliez d’utiliser aussi le moteur de recherche Google Maps.

L’objectif est d’avoir 3 à 5 sites internet de concurrents.

Une fois que vous les aurez, sortez votre bloc-notes et notez ce que vous trouvez intéressant et au contraire ce que vous ne voulez pas reproduire.

Question n°1 : Qu’est-ce que vous faites ?

La toute première question que vos visiteurs vont se poser une fois arrivés sur votre site est :

«Qu’est-ce que vous faites ?»

Cette question a beau paraître simple, c’est en réalité la plus dure de toutes.

Votre réponse à cette question sera déterminante pour deux raisons :

  • C’est votre première impression – C’est la première chose que vos visiteurs verront une fois arrivés sur votre site. Si vous ratez votre première impression, certains de vos visiteurs ne chercheront même pas à aller plus loin et quitteront votre site dans la foulée.
  • C’est ce qui déterminera votre crédit d’attention – Si vous réussissez à être clair et à capter l’attention du visiteur, il vous accordera quelques secondes précieuses qui pourront faire une grande différence à l’arrivée.

Ok, maintenant comment réussir à répondre correctement à cette question aussi importante et difficile ?

ecrire site web question 1 min

Pour répondre à cette question, vous pourrez le faire à travers différents éléments :

  • L’en-tête
  • Deux boutons d’appel à l’action
  • Un titre optimisé pour Google
  • Un titre principal
  • Un corps de texte
  • Une image

Tous ces éléments participeront à leur manière à faire comprendre au visiteur ce que vous faites.

L’en-tête

L’en-tête, plus souvent appelé header, est une partie essentielle de votre site. Un en-tête contient plusieurs choses : un logo, un menu et un bouton d’appel à l’action.

Pour commencer, le logo sera une première indication sur ce que vous faites. Un logo peut dire beaucoup de choses, à la fois explicites et implicites. Comme ce n’est pas le sujet principal de cet article, je ne vais pas trop rentrer dans le détail, mais gardez simplement en tête que la façon dont sera réalisé votre logo donnera des indications sur le positionnement et la qualité de ce que vous faites.

Pour le menu, faites simplement en sorte de le garder le plus simple possible pour ne pas détourner l’attention du visiteur sur ce qui importe le plus sur la page.

Pour terminer, le bouton d’appel à l’action permettra au visiteur de comprendre ce que vous attendez de lui (Prendre contact, prendre rendez-vous, acheter, s’inscrire, télécharger…).

Les titres

Sur votre page d’accueil, je vous recommande de créer deux titres : un optimisé pour Google et un autre optimisé pour les visiteurs.

Vouloir plaire à la fois à un robot (Google) et à des humains (vos visiteurs) est un exercice qui peut être compliqué. Comme les deux sont très importants, il vaut mieux créer un titre pour chacun d’eux.

Le premier titre (H1) devra contenir le mot-clé principal sur lequel vous voulez être référencé. Exemple : Webdesigner Marseille.

Le second titre aura lui un double objectif :

  • Faire comprendre très clairement ce que vous faites
  • Capter l’attention du visiteur

Reprenons l’exemple que j’ai pris juste avant pour le titre optimisé pour Google.

Si j’écris une nouvelle fois : Webdesigner à Marseille.

Est-ce que ce titre est très clair sur ce que je fais ? Non. Parce que peut-être que mon visiteur ne sait même ce qu’est un webdesigner et même s’il en a une vague idée, il ne saura pas exactement ce que je fais.

Maintenant si j’écris : Création de site web à Marseille.

C’est déjà mieux. En utilisant un verbe d’action, vos visiteurs comprendront beaucoup mieux ce que vous faites que si vous utilisez un intitulé.

Pour autant, est-ce que ce titre va attirer l’attention des visiteurs ? Non. Parce qu’il est centré sur moi et pas sur le visiteur.

Si vous voulez capter l’attention de votre visiteur, vous pouvez vous y prendre de trois façons :

  • Avec une identification – Par exemple : Création de site internet (action) pour les freelances (cible). Si la personne se trouve dans la cible, elle se sentira concernée et donc vous aurez son attention.
  • Avec un bénéfice – Par exemple : Je crée votre site internet (action) pour vous aider à obtenir plus de clients (bénéfice). Si la personne a un problème qui est lié au bénéfice, alors vous capterez son attention.
  • Avec une identification ET un bénéfice – Par exemple : Trouvez plus de clients (bénéfice) en freelance (cible) grâce à un site web professionnel (action). Ici le visiteur se sentira doublement concerné et donc son attention sera au maximum.

L’exercice ici est de faire en sorte que le visiteur se sente concerné parce que vous faites. Si vous arrivez à ce qu’il se dise «C’est à moi qu’il parle», vous aurez capté son attention et vous pourrez ensuite dérouler ce que vous avez à lui dire.

Le corps de texte

Il est tout simplement impossible de résumer toute une activité en un seul titre.

Votre titre principal vous force à un exercice compliqué : accepter de ne pas tout dire pour préserver la clarté globale. Pour légèrement atténuer cette frustration, vous pourrez inclure 2-3 phrases en dessous de votre titre pour développer un peu plus ce que vous faites.

Restez dans la même logique que le titre, à savoir quelque chose de court et orienté pour capter l’attention du visiteur.

L’image

Si vous faites de la prestation de service, je vous recommande fortement de mettre une photo de vous à cet emplacement.

Si vous ne vous montrez pas dès les premières secondes, vos visiteurs auront l’impression que vous avez quelque chose à cacher.

Si au contraire vous affichez directement votre visage, vous humaniserez instantanément votre site et vos visiteurs pourront mettre un visage derrière le contenu qu’ils lieront par la suite.

Faites en sorte d’avoir une photo de la meilleure qualité possible pour qu’elle vous mette le plus en valeur. Vous n’êtes obligé de sourire, mais vous devez absolument avoir une expression de visage amicale.

Si vous vendez un produit, choisissez le meilleur visuel qui met en valeur votre produit et qui permet au visiteur de se projeter avec.

Question n°2 : Pourquoi je devrais être intéressé ?

Une fois que votre visiteur comprendra ce que vous faites, il se demandera :

«Pourquoi je devrais être intéressé ?»

Pour répondre à cette question, vous devez vous mettre dans la peau d’un docteur qui ausculte son patient.

Vous savez que votre persona a mal quelque part et votre objectif va être de poser le doigt au bon endroit tout en demandant si c’est de là que la douleur provient.

Cet exercice est essentiel parce que si vous n’arrivez pas à identifier précisément la douleur, votre persona ne vous percevra pas comme quelqu’un capable d’y répondre.

Reprenez les problèmes que vous avez identifiés chez votre persona et décrivez-les en quelques lignes de façon à ce que vos visiteurs se sentent compris.

ecrire site web question 2 min

Question n°3 : Comment ma vie va changer ?

Si vous avez réussi à répondre correctement aux deux questions précédentes, vous avez entre vos mains quelque chose de très précieux et fragile : l’attention d’une personne.

Jusqu’à présent ce que vous aviez était une attention de courtoisie. En montrant à votre visiteur que vous l’avez compris, vous obtiendrez une attention mélangée d’un d’intérêt.

Deux ingrédients indispensables pour créer ce fabuleux cocktail qu’on appelle «une vente».

L’objectif ici va être d’amorcer votre position en tant que «guide».

Vous venez de définir le point A, là où votre cible se situe, maintenant votre objectif est de montrer le point B : là où vous pouvez emmener votre cible si elle vous accorde sa confiance.

Si vous avez plusieurs services, c’est le moment de présenter chaque bénéfice lié à chaque service.

ecrire site web question 3 min

Question n°4 : Comment vous faites ce que vous prétendez ?

Si vous avez bien fait votre travail, vous aurez trois choses essentielles à votre disposition :

De l’attention, de l’intérêt et du désir.

Ces trois éléments sont des composants essentiels pour une vente, mais il vous manquera un dernier ingrédient pour que votre visiteur passe à l’action : la confiance.

Vous avez beau vous être positionné comme un guide qui sait de quoi il parle, votre persona doit maintenant vous voir comme LE guide qui l’emmènera là où il a besoin d’aller.

L’exercice ici est de donner une idée à votre visiteur de comment vous comptez le guider.

Vous n’avez pas besoin de lui expliquer les moindres détails du voyage, seulement les grandes étapes.

Si vous arrivez à ramener votre solution à 3 grandes étapes, c’est très bien. Au-delà, vous prenez le risque que votre visiteur décroche et ne comprenne pas l’ensemble de votre solution.

Pour passer à l’action, votre visiteur a juste besoin de se projeter en ayant une petite idée de ce qu’il va se passer.

N’hésitez pas à inclure des visuels pour justement lui permettre de se projeter. L’idéal est de mettre des visuels de vous en position de guide, c’est-à-dire avec une autre personne que vous avez précédemment accompagnée. Par exemple si vous êtes coach, vous entrain de coacher quelqu’un.

Si vous ne pouvez pas, essayez simplement de mettre des photos de votre espace de travail ou de vous entrain de travailler. Par exemple si vous êtes graphiste, vous entrain de créer une illustration.

ecrire site web question 4 min

Question n°5 : Est-ce que c’est risqué de vous faire confiance ?

Votre persona ne se basera pas seulement sur ce que vous lui dites pour vous faire confiance. Internet est rempli de vendeurs de rêves et d’arnaqueurs qui promettent peut-être les mêmes choses que vous.

À ce stade-là, rien ne sert de remettre des couches sur votre solution en expliquant tout dans les moindres détails pour essayer de créer plus de confiance chez votre cible.

Quelqu’un qui insiste lourdement pour qu’on lui fasse confiance, ce n’est jamais bon signe.

C’est là qu’entre en jeu un concept essentiel en marketing : la preuve sociale.

La preuve sociale est un principe psychologique qui dit qu’une personne ne sachant quoi faire ou quoi penser va avoir tendance à adopter le comportement ou le point de vue d’autres personnes.

Autrement dit, l’exercice est de dire à votre visiteur «ne t’inquiète pas, d’autres personnes étaient dans la même position que toi, elles m’ont fait confiance et elles ne l’ont pas regretté».

La preuve sociale par excellence est : les témoignages. Faites simplement attention à 3 choses quand vous voudrez en mettre sur votre site :

  • Ne mettez pas un témoignage trop long – Beaucoup font cette erreur de copier/coller un témoignage très long qui ne sera pas du tout lu par les visiteurs. Prenez simplement la partie la plus intéressante du témoignage et ajoutez «…» à la fin pour faire comprendre que le témoignage est plus long. Mieux vaut un témoignage en 1-2 phrases impactantes que les gens vont lire plutôt qu’un long pavé que personne ne liera.
  • Mettez un lien vers la source du commentaire – Dans l’idéal votre commentaire a été publié sur Google Maps, LinkedIn ou n’importe quel site où il est possible de laisser un avis. En faisant ça vous donnerez plus de crédibilité à vos témoignages.
  • Humanisez au maximum le témoignage – Un témoignage sans photo donnera des suspicions aux visiteurs sur la crédibilité de vos témoignages. Une petite photo avec un prénom et un nom permettra d’humaniser le témoignage et de lui donner plus de poids.

Pour finir, vous pouvez ajouter d’autres types de preuves sociales comme :

  • Votre portfolio avec vos réalisations
  • Des études de cas
  • Votre nombre d’années d’expérience
  • Les logos des entreprises avec qui vous avez travaillé
  • Votre nombre de clients
  • Votre nombre d’avis positifs
  • Vos apparitions dans la presse ou des blogs
  • Vos certifications ou diplômes
ecrire site web question 5 min

Question n°6 : Est-ce qu’on va s’entendre ?

Qu’est-ce qu’il peut bien manquer maintenant que votre cible vous voit comme un guide à qui elle peut faire confiance ?

Qu’elle se dise qu’en plus d’arriver à bon port, elle va passer un bon voyage.

Lorsqu’on paie un service, il n’y a jamais que le résultat qui compte.

Comme dans un restaurant, on ne va pas juger seulement la qualité du plat, mais aussi la qualité du service dans sa globalité.

Pour certaines personnes, le résultat peut même passer au second plan. Un client peut faire appel à vous juste parce qu’il aime qui vous êtes et ce que vous dégagez.

Votre exercice ici va donc être de montrer qui vous êtes, mais pas comme dans un CV avec des informations factuelles et fades.

Ce que voudront savoir vos visiteurs, c’est qui vous êtes dans le fond. Vous n’arriverez pas à créer un vrai lien avec vos visiteurs si vous restez en surface.

Les gens se connecteront à votre histoire et votre pourquoi, pas à une bio LinkedIn ou une liste de vos diplômes et expériences.

ecrire site web question 6 min

Question n°7 : Je vous crois, maintenant qu’est-ce que je fais ?

Pour terminer, la question la plus simple, mais que pourtant beaucoup oublient :

Qu’est-ce que votre visiteur doit faire s’il est prêt ?

Définissez une action principale que vous voulez que votre visiteur effectue. Celle que vous trouvez la plus efficace et logique pour commencer le début de la relation.

Par exemple :

  • Remplir un formulaire de contact
  • Prendre un rendez-vous à partir d’un planning
  • Prendre contact par téléphone
  • Se rendre directement dans un endroit physique

Même si vous pouvez inclure plusieurs types d’action sur votre site, je vous recommande d’en définir une principale que vous allez mettre plus en avant.

Toujours dans la logique de vous positionner comme un guide, c’est à vous de prendre les devants et de commencer à donner certaines directives.

ecrire site web question 7 min

Répartir son contenu dans différentes pages

Si vous débutez votre activité, je vous conseille de commencer par un site en une seule page. Beaucoup de personnes font cette erreur de créer plusieurs pages sur leur site parce qu’ils pensent que ça le rendra plus professionnel.

Au final, on se retrouve avec des pavés de texte inutiles qui sont seulement là pour gonfler le contenu d’un site alors qu’il n’en avait pas forcément besoin.

Comme on l’a vu au début, votre site va devoir évoluer régulièrement. Commencez au plus simple et faite-le évoluer au fur et à mesure que votre activité se développe.

Plus vous écrirez, plus vous diluerez votre contenu et plus vous prendrez le risque d’écrire quelque chose qui pourra gâcher l’ensemble de votre communication.

Mais alors quand faut-il créer d’autres pages sur son site ?

Premièrement, quand vous aurez le sentiment que vous n’avez pas eu assez de place pour développer ce que vous vouliez dire sur votre page d’accueil.

N’oubliez pas que votre page d’accueil est votre hall d’entrée. Il est là pour accueillir les visiteurs, leur faire comprendre où ils sont et leur permettre de se diriger à tel endroit s’ils veulent en savoir plus.

Le deuxième cas de figure est dans le cas où vous avez plusieurs personas. Vous allez devoir créer une page pour chaque message personnalisé et faire en sorte que votre page d’accueil parle à tous vos personas à la fois (ce qui est un exercice difficile).

En général, pour une activité de service on se retrouvera avec 4 types de pages :

  • La page Accueil
    • Objectif principal : Capter l’attention
    • Questions principales : Qu’est-ce que vous faites et pourquoi je devrais être intéressé ?
  • La page Services
    • Objectif principal : Générer de l’intérêt et du désir
    • Questions principales : Comment ma vie va changer et comment vous faites ce que vous prétendez ?
  • La page À propos
    • Objectif principal : Créer de la confiance
    • Questions principales : Est-ce que c’est risqué de vous faire confiance et est-ce qu’on va s’entendre ?
  • La page Contact
    • Objectif principal : Permettre de passer à l’action
    • Question principale : Qu’est-ce que je dois faire ?

Si vous décidez de créer ces pages, reprenez chaque question qu’on vient de voir et développez-les sur les pages correspondantes.

Chaque élément que vous allez inclure dans l’une de ces pages doit au final renforcer l’objectif principal. À chaque fois que vous voudrez ajouter quelque chose, demandez-vous «est-ce que ça va avoir un impact sur l’objectif ?».

Si la réponse est non, enlevez-le.

Formater son contenu au web

Le web a ses propres codes, ses particularités et ses comportements. C’est pour ça qu’écrire sur le web n’est pas du tout la même chose qu’écrire un livre ou écrire une dissertation.

Vous voulez apprendre à écrire un contenu adapté pour le web ? Alors oubliez tout ce que vous avez appris à l’école pendant vos cours de français.

La chose principale que vous devez retenir c’est que sur internet on ne lit pas, on scan.

Des études ont montré qu’un utilisateur ne lit en moyenne que 28% des mots sur une page web. Autrement dit, plus des 2/3 de votre contenu passera totalement à travers les radars de vos visiteurs.

De façon générale, un visiteur arrive sur un site et se met très rapidement à balayer le contenu du regard de façon à trouver les informations qu’il est venu chercher. Si le site est mal optimisé sur ce point, il perdra très rapidement patience et quittera le site pour aller sur le suivant.

Comment éviter ça ?

Formatez votre contenu au web pour le rendre plus facilement scannable :

  • Allégez votre contenu – Reprenez chaque phrase et demandez-vous si l’enlever aura une réelle incidence sur le fait que le visiteur passe à l’action. Si ce n’est pas le cas, supprimez la phrase et si c’est le cas, demandez-vous si vous pouvez la modifier pour qu’elle soit plus courte.
  • Montrez quand vous le pouvez – Montrer quelque chose sera toujours plus puissant que de le dire. Si vous pouvez remplacer du texte par un visuel ou une vidéo, faites-le sans hésiter.
  • Hiérarchisez votre contenu – Décomposez au maximum vos contenus par des titres et sous-titres. Les titres sont vos meilleurs alliés pour attirer l’attention d’un visiteur sur une partie de votre site. C’est ce que vous devez chercher à optimiser en priorité, avant même les corps de texte.
  • Formatez façon web – Dès que vous le pouvez, utilisez des listes à puces, des mots en gras, soulignés ou en italique. Cassez la monotonie de votre contenu et donnez-lui du relief.

Pour finir, un point important qui contient beaucoup de choses : Créez une communication conversationnelle.

  • Posez des questions – L’objectif est de rendre actif le visiteur. Si la question interpelle le visiteur, vous créerez un petit pic d’attention.
  • Remplacez tous les mots à la première personne par des mots à la deuxième du singulier ou première personne du pluriel – Trouvez tous les «je», «mon», etc. et remplacez-les par «vous» ou «tu». Toutes vos phrases devraient être tournées vers le visiteur et non vers vous.
  • Relisez vos textes à haute voix – Relire vos textes à haute voix permettra de se rendre compte si votre texte est naturel ou non. Il faut que votre communication se rapproche le plus possible d’un langage parlé.
  • Réduisez vos phrases – Plus vos phrases seront courtes, plus l’ensemble sera dynamique. À la lecture à haute voix, vous verrez que certains passages seront sûrement trop longs. Dans une discussion il est rare de finir une phrase en étant à bout de souffle. Il faut retrouver ce dynamisme dans votre contenu.
  • Utilisez la voix active plutôt que la voix passive – Plutôt que de dire «Cette maison a été construite par mes parents», dites «Mes parents ont construit cette maison»
  • Utilisez des mots simples – Évitez au maximum le jargon et les mots trop soutenus qu’on utilise seulement à l’écrit. Si vous utilisez un mot que votre visiteur ne comprend pas, vous perdrez inévitablement son attention. Encore une fois, n’oubliez pas qu’écrire pour le web n’a rien à voir avec une écriture standard.

Écrire au «format web» ne se fait pas naturellement. Ce qui est naturel c’est justement de beaucoup trop écrire.

Ce n’est qu’une fois que vous aurez beaucoup écrit que vous pourrez correctement faire ce travail de formatage. Paradoxalement, il est plus facile de faire quelque chose de complexe que quelque chose de simple.

Écrivez et ensuite taillez dans la pierre pour ne laisser que le coeur de votre message.

Modèle de page d’accueil

ecrire site web modele min
Ne jamais manquer une nouveauté ⚡

Rejoins la newsletter pour ne manquer aucune nouveauté et recevoir des astuces exclusives.

À découvrir